Actus

Carte blanche : Bruxelles numérique, une mesure discriminatoire 1024 576 L'Ilot

Carte blanche : Bruxelles numérique, une mesure discriminatoire

Dans quelques jours, le gouvernement bruxellois va présenter au parlement un projet d’ordonnance intitulée « Bruxelles numérique », porté par le ministre Clerfayt. Cette ordonnance, qui a la même force contraignante qu’une loi, impose aux administrations régionales et communales bruxelloises (telles qu’Actiris, les CPAS ou les communes) de rendre intégralement disponibles en ligne leurs
services, et de communiquer avec les citoyens par ce biais. Par contre, ce texte n’impose pas aux administrations de maintenir un guichet humain, en parallèle de ce « guichet numérique ». L’objectif de la mesure est clair : le digital va devenir la règle quand le papier et le contact humain seront des exceptions. C’est ce qu’on appelle le « digital par défaut ».

Dans cette optique, L’Ilot a co-signé une Carte Blanche avec un important collectif d’associations et de professionnel.le.s bruxellois.es pour dénoncer la disparition des guichets humains ainsi que la dématérialisation irréfléchie de ces services.
La Cité des Dames, nouveau projet de théâtre participatif avec des femmes sans abri 1024 576 L'Ilot

La Cité des Dames, nouveau projet de théâtre participatif avec des femmes sans abri

« La Cité des Dames » est un projet artistique participatif et transversal mené par Marie Avril avec des femmes sans-abris de Bruxelles. La comédienne et metteure en scène s’est associée avec L'Ilot et quatre autres structures de terrain pour proposer des ateliers théâtre auprès de ce public vulnérable et invisibilisé : Douche Flux, Diogènes, Hobo et le Samu Social.

Depuis le mois de septembre, les femmes ont suivi un atelier de théâtre hebdomadaire et de cette exploration est née une forme scénique qu’elles partageront avec le public. La recherche a été collective, sur la base de jeux, d’improvisations sur des thèmes qu’elles ont choisis.

Marie Avril est accompagnée de Lénaïc Brulé, comédienne et de Rocio Alvarez, illustratrice, qui a réalisé une série de portraits lumineux et colorés des femmes pour les mettre à l’honneur. Eve Duchemin, cinéaste et documentariste, a accompagné elle aussi le trajet créatif des femmes avec sa caméra.

Trois représentations auront lieu en décembre :

• Le vendredi 16 décembre à 16h à l'Espace Magh
• Le samedi 17 décembre à 19h à la Maison du Peuple
• Le lundi 19 décembre à 20h30 à La Tricoterie

Afin de permettre au public de prendre part lui aussi à cette démarche, il pourra voir les portraits de Rocio et les images de Eve avant ou après le spectacle sur les murs de la Tricoterie. L’objectif du projet  « La Cité des Dames » est de rendre visible la problématique du sans abrisme à Bruxelles et particulièrement celui des femmes.

Projet réalisé avec le soutien de :

>> La Fédération Wallonie-Bruxelles (Un futur pour la Culture)
>> Du Fonds Célina Ramos géré par La Fondation Roi Baudoin
>> La Commune de Saint-Gilles
>> Les ASBL : L’Ilot, Douche Flux, Diogènes, Hobo et le Samu Social
>> L’Espace Magh

Et en partenariat avec :

>> Le Service de la Culture de Saint-Gilles
>> Le Centre Culturel Jacques Franck
>> La Maison du Peuple
>> Collectif Sanguin

Carte blanche : le « tarif social gaz » aussi pour le secteur sans-abri 1024 576 L'Ilot

Carte blanche : le « tarif social gaz » aussi pour le secteur sans-abri

C’est une actualité qui n’a échappé à personne : le prix de l’énergie a augmenté d’une telle manière qu’il en vient à fragiliser financièrement des personnes qui jusque-là n’étaient pas en difficulté. Le gouvernement, conscient de cette situation inédite, a cherché à développer des réponses afin de venir en aide aux ménages belges. Ces aides risquent de ne pas suffire. Nous coordonnons des maisons d’accueil, des maisons de vie communautaire, des abris de nuit, des centres d'hébergement d'urgence, des services de guidance à domicile, des services de Housing First, des équipes de travail de rue et des centres d’accueil de jour pour des personnes qui n’ont plus de « chez-soi ». Cet hiver, nous craignons une explosion des demandes. Ces dernières sont déjà, à l’heure actuelle, nettement supérieures à l’offre que nous pouvons proposer.

Dans cette optique, nous avons rédigé une Carte blanche, co-signée par les membres de la Fédération AMA, afin d'exiger que le tarif social-gaz soit appliqué aux structures qui accueillent des personnes sans abri.
Kart #4 | En rue, la violence est quotidienne 1024 576 L'Ilot

Kart #4 | En rue, la violence est quotidienne

Illustration Gérard Bedoret

Philip De Buck, directeur du Centre de jour de L’Ilot à Saint-Gilles, croise tous les jours des personnes sans abri victimes de la violence extrême qui peut sévir dans la rue. Il se souvient de plusieurs usagers et usagères avec des fragilités diverses et des solutions qui ont été mises en place par notre association pour les soutenir.
Quelle est l’importance du Centre de jour de L’Ilot pour les personnes vivant en rue ?

C’est un rendez-vous quotidien, stable, avec des horaires. On peut y trouver un peu de répit, manger un repas, prendre une douche, parler à quelqu’un… Ça apporte un certain cadre dans des vies souvent mouvementées et difficiles. Nous offrons également la possibilité aux personnes sans abri de participer activement à la vie quotidienne du Centre de jour, ce qui contribue beaucoup à retrouver une estime de soi.

Les services de première nécessité permettent aux personnes de sortir de l’urgence : manger, se laver, se reposer. Mais ils servent aussi d’accroche à l’équipe sociale qui peut, une fois que des liens de confiance ont été tissés avec la personne, entamer un travail psychosocial centré sur les autres besoins de la personne : remise en ordre administrative, recherche d’un logement, etc.

À quel point le public du Centre de jour est-il confronté à la violence ?

Déjà, dans la rue, on ne dort pas. Ou peu. Ou mal. Et quand on est privé·e de sommeil pendant plusieurs jours, on pète les plombs. Et c’est foutu pour longtemps. Dès qu’on expose sa vulnérabilité, on se fait tomber dessus. Si tu es affaibli·e, les autres te bouffent. Et on ne parle pas de « duel à la loyale », en face à face. La personne qui frappe ne veut pas prendre de risque : on te précipite sur les rails, on te pousse dans un escalier… En rue, la violence est partout tout le temps. Et elle tue. A petit feu, ou brutalement.

Comment accompagnez-vous celles et ceux qui doivent affronter cette violence quotidienne ?

Un service social, cela ne peut pas être rigide. Il faut multiplier les approches et diversifier les compétences. On réunit un maximum de conditions pour s’assurer de créer un lien avec la personne. C’est souvent un travail de longue haleine.

Je me souviens d’un gars qui a fréquenté le Centre de jour pendant deux ou trois ans. Il montrait des signes aigus de paranoïa et avait des accès de violence incroyables. L’équipe sociale a énormément travaillé, au jour le jour, pour le canaliser, éviter les conflits entre lui et les autres usagers et usagères. Ils ont déployé d’énormes efforts en matière de communication non-violente, sans jugement et avec empathie. Cela a fini par payer : on lui a un jour parlé d’une mise en logement – alors qu’il n’avait même pas encore entamé de suivi psychosocial – et son visage s’est éclairé, il a changé du tout au tout. Il a fallu trouver la bonne accroche, la seule thématique qui permettait d’avoir une conversation apaisée avec lui. À ma connaissance, il occupe toujours son logement et n’est jamais retourné en rue.

Arrivez-vous à accompagner efficacement toutes les personnes qui fréquentent le Centre de jour ?

Malheureusement non. Il y a des jours où l’on rentre chez soi en sachant que tel ou telle va passer la nuit en rue. On voit également des personnes décliner sans pouvoir leur apporter de solution. On est désarmé.

Et cela arrive tous les jours : je viens d’être interrogé par la police à propos d’un jeune homme, la trentaine, qui fréquentait le Centre de jour jusqu’à il y a peu. Il arrivait souvent le visage tuméfié et en sang, victime de passages à tabac de la part de dealers à qui il devait de l’argent. On est désormais sans nouvelle de lui, on ne l’a plus vu depuis des jours. Des usagers du Centre m’ont raconté qu’il était allé rejoindre sa sœur au Venezuela… C’est impossible, il n’a pas de papiers d’identité ! Un avis de disparition a été publié mais je crains qu’il ne soit décédé...

Quelles solutions peuvent, selon vous, être développées pour mettre fin à ce genre de situation ?

Prôner la mise en logement prioritaire, le principe du « housing first », offrirait la possibilité à beaucoup de personnes de reprendre leur vie en main. Avoir un toit permet de se réorganiser, se poser, reprendre ses esprits… Et quand on vient de la rue, juste se poser, ça peut prendre des semaines. L’Ilot développe à cet effet de nombreux projets focalisés autour du logement : projets immobiliers avec des investisseurs sociaux, captation de logements privés, gestion de projets permettant l’occupation temporaire dans des bâtiments inoccupés ou en attente de rénovation, aide à l’installation en logement, accompagnement social à domicile  pour favoriser le maintien en logement des personnes récemment relogées, etc..

L’Ilot, via ses Maisons d’accueil ou le Centre de jour, est régulièrement sollicitée pour sensibiliser les services publics (hôpitaux, commissariats de quartier, CPAS, etc.) aux particularités du sans-abrisme et au travail des équipes de terrain. Le maintien et le développement de ces collaborations devrait garantir, à terme, une meilleure prise en compte et compréhension des enjeux liés au sans-abrisme.

Les femmes et les enfants victimes de violence

Les femmes et les plus petits qui fréquentent notre Maison d’accueil pour familles avec enfants à Bruxelles sont régulièrement, dans leurs parcours respectifs, confrontés à de la violence : violences conjugales ou intra familiales, agressions sexuelles, harcèlement, etc. Il est primordial de pouvoir offrir un suivi personnalisé à chacun∙e, en fonction de ses besoins.

Valérie, assistante sociale de la Maison d’accueil pour familles avec enfants, témoigne : « On n’a pas de feuille de route, ce serait juste horrible. On traite chaque situation de manière individuelle, en respectant les demandes de la personne. On travaille également étroitement avec des services spécialisés, comme l’Assistance Policière aux Victimes ou le Centre de prévention de violences conjugales. Une partie de l’équipe est également formée à l’accompagnement des enfants victimes de violences conjugales et intrafamiliales. »

Kart #4 | « Très vite, il y a tous les classiques de la dégradation psychique qui s’installent » 1024 576 L'Ilot

Kart #4 | « Très vite, il y a tous les classiques de la dégradation psychique qui s’installent »

Illustration Gérard Bedoret

Manu Gonçalves est directeur de l’asbl Messidor-Carrefour, une Initiative d’Habitations protégées (IHP) destinée à la création de lieux de vie permettant la réinsertion de personnes sans abri avec un passif psychiatrique. Fort de sa longue expérience en la matière, il nous éclaire sur l’incidence de la maladie mentale sur le parcours en rue.
Il y a-t-il une prise en compte suffisante des pathologies mentales dans le sans-abrisme ?

La psyché fait partie intégrante de l’humanité. Et sa particularité, c’est qu’elle dérange celui ou celle qui en pâtit et son environnement. Les professionnel·les de la psyché n’ont pas réponse à tout. On minimise à cet égard le travail réalisé par des institutions comme L’Ilot. Vous créez du lien social et cela a une importance considérable dans la stabilisation des personnes. C’est aussi l’esprit-même d’une IHP : penser que la dimension collective et communautaire va faire soin.

Est-ce que le contexte d’une mise à la rue (et de la violence suscitée par cette dernière) peut constituer un accélérateur au développement de pathologies mentales ?

La mise à la rue ne provoque pas la maladie mentale, mais elle fragilise psychologiquement. Et chez les gens qui ont des pathologies, elle va les faire flamber. C’est en cela qu’il y a urgence. Cela dit, une détresse ou une pathologie ne se présente pas en quelques heures.

En revanche, très vite, il y a tous les classiques de la dégradation psychique qui s’installent. Ceux qui vont couper la personne de ses propres sentiments. La preuve, c’est que quand on remet en logement des gens qui ont été à la rue pendant des années, il se peut qu’ils tombent malades. Sans l’avoir jamais été avant. Comme s’il y avait quelque chose où, psychiquement, la rue avait pour effet de mettre la maladie à distance. Et que tout d’un coup, le fait de se retrouver un peu protégé·e, offrait à cette dernière un terreau à nouveau favorable.

Comment traiter des questions de santé mentale quand les besoins primaires ne sont pas eux-mêmes rencontrés ?

On ne fait pas l’un ou l’autre. On fait l’un et l’autre. Parce que c’est le seul moyen d’être utile à la personne tout en lui apportant du soin. C’est ce que vous faites à L’Ilot.

Et cela dépend aussi du rapport de la personne à sa « conscience morbide ». On parle de conscience morbide lorsqu'on veut évoquer la capacité d'un patient, atteint d'un trouble ou d'une pathologie psychiatrique, à se reconnaître comme malade. Malheureusement, le propre des fortes pathologies mentales, c’est qu’il n’y a pas de conscience morbide. Ou très peu. C’est-à-dire que la personne délire, mais ne s’en rend pas compte.

Tant que la personne a un rapport à l’étrangeté de ce qu’elle vit, il y a de la place pour offrir du soin. Quand il n’y en n’a pas, cela complique la donne et le risque de mise en danger devient réel.

Des aspects avec lesquels les travailleuses et travailleurs sociaux se trouvent parfois démunis, par manque de formations spécifiques dans le domaine de la santé mentale. Quelle solution le secteur peut-il faire valoir ?

Effectivement, on ne peut pas demander aux équipes de L’Ilot de faire du soin, du thérapeutique. Ce n’est pas leur métier. Et pourtant, les pathologies mentales font partie intégrante de leur quotidien.

De mon point de vue, il ne faut pas être psychologue ou psychiatre pour être utile à une personne en détresse psychologique. Il y a plein de travailleuses et travailleurs psychosociaux utiles sur les sujets de la santé mentale.

Le problème, c’est que le discours dominant dans notre société, c’est qu’il faut des gens estampillés par la faculté pour pouvoir assurer une prise en charge efficace. Mais de mon point de vue, plus une société est bienveillante, moins il y aura de gens en détresse. À condition de les considérer.

Or, les personnes en détresse psychologique sont quantité négligeable. Ce sont « les hommes infâmes » de Michel Foucault. Ceux se situant en-dessous du prolétariat et devant lesquels on ferme les yeux.

Kart #4 | 24h dans la vie d’une personne sans abri : un monde de violences 1024 608 L'Ilot

Kart #4 | 24h dans la vie d’une personne sans abri : un monde de violences

Illustration Gérard Bedoret

On peut être une femme diplômée, une travailleuse opiniâtre, une mère de famille épanouie et tout perdre. On peut aussi avoir, comme moi ou comme certain·es d’entre vous peut-être, les ressources nécessaires pour s’en sortir en cas de pépin.  La frontière est pourtant souvent ténue entre un cadre de vie idyllique et la détresse qui nous mènera au sans-abrisme.

Le sans-abrisme ne se limite pas aux personnes contraintes de dormir dans la rue. La FEANTSA* élargit ce concept aux problèmes de logements précaires ou inadéquats, faisant entrer de fait dans la population dite sans abri l’ensemble des ménages vivant dans des logements trop chers par rapport à leurs revenus, surpeuplés ou insalubres. Avec les crises que traverse aujourd’hui notre société, le nombre de personnes correspondant à ce profil, et donc en risque de perte de logement, va littéralement exploser.

Cela ne surprendra personne, mais le sans-abrisme ne s’anticipe pas. Dans beaucoup de cas, il ne s’annonce pas non plus : aujourd’hui, l’augmentation de la pauvreté fait que de plus en plus de personnes peuvent, du jour au lendemain, se retrouver sans rien.

Et les causes qui peuvent faire basculer vers le rien sont nombreuses : la perte d’un emploi, le faible niveau des revenus, la monoparentalité, les violences conjugales ou intra familiales, les migrations, les problèmes de santé, une rupture familiale ou amoureuse, le manque de logements abordables, le soutien insuffisant accordé aux personnes sortant d’un centre de soin, de l’hôpital, de prison ou d’autres établissements publics, l’extrême fragilité du réseau social et/ou familial. À cette liste déjà trop longue, on doit désormais ajouter l’augmentation du prix de produits de première nécessité et l’explosion des coûts énergétiques.

Le profil de la population sans abri est tout aussi diversifié. Elle ne comprend pas seulement des hommes seuls. Aujourd’hui, ce sont aussi des femmes et des familles, des jeunes, des enfants, des migrant·es et d’autres publics souvent marginalisés.

Sont aussi concernées des personnes en situation d’exclusion en raison de leur orientation sexuelle et/ou de leur identité de genre. Un public souvent en situation de rupture familiale, livré à lui-même.

La détresse et la brutalité d’une mise à la rue ne connaissent pas d’équivalent en termes d’exclusion et de violence. En quelques jours, en quelques heures parfois, la confrontation avec le réel dépasse l’entendement.

Une spirale infernale qui guette beaucoup plus de monde qu’on ne le voudrait. Le décalage avec sa « vie d’avant » est parfois vertigineux et favorise les fêlures. Seul·e ou accompagné·e, dans la rue, le vide est partout. Et la société, en roue libre, ne s’arrêtera pas : il faut tellement peu de temps pour devenir invisible. Et des années pour tenter se reconstruire.

Les violences psychologiques vécues par les personnes sans abri sont d’autant plus fortes qu’elles s’accompagnent trop souvent de l’absence ou d’une insuffisance de suivi psychosocial de qualité. Le manque de ressources auquel sont confrontées les personnes concernées favorise cette plongée vers l’oubli, particulièrement pour les femmes qui doivent faire face à des structures peu adaptées à leurs besoins spécifiques. C’est pourquoi, en 2023, L’Ilot ouvrira un nouveau Centre de jour réservé aux femmes et exclusivement pensé par et pour elles.

Au contact de la rue, sans logement, sans accompagnement, il faut si peu de temps pour disparaitre et l’on sait les premières heures décisives. C’est sur celles-ci que je veux insister aujourd’hui. Et c’est notamment pour cela que seules des solutions dignes, structurelles et globales sont efficaces à moyen et long termes.

Parce que, en définitive, la situation des personnes sans abri nous concerne toutes et tous.

Ariane Dierickx, directrice de L’Ilot

* La Fédération européenne des associations nationales travaillant avec les personnes sans abri.

Une nouvelle Maison d’accueil pour hommes sans chez soi dans la région de Charleroi 1024 682 L'Ilot

Une nouvelle Maison d’accueil pour hommes sans chez soi dans la région de Charleroi

L'Ilot a dernièrement accepté la proposition d'Emmaüs de reprendre la gestion de ses installations à Marchienne-au-Pont, dont une Maison d'accueil pour hommes sans chez-soi. Présentation du projet.

Proposer un hébergement temporaire permet aux personnes accueillies de se reconstruire, de se stabiliser et de faire le point sur leur situation (administrative, familiale, sanitaire, financière, etc.) afin d’envisager à nouveau un projet d’avenir.

Comme chacune des trois autres Maisons d'accueil de L’Ilot, celle de Marchienne-au-Pont est un lieu à taille humaine et avec une capacité d’accueil volontairement limitée (actuellement 12 places) afin de préserver l’intimité et le bien-être de chacun.

Les personnes y bénéficient d'un hébergement, de repas, mais aussi d’un accompagnement psychosocial basé sur les parcours de vie et les besoins spécifiques individuels.

La Maison accueille tout homme sans abri, quels que soient son parcours et son histoire. Il s’agit d’un public confronté à des difficultés sur plusieurs plans : sanitaire, psycho-social, administratif et économique.

Les problématiques rencontrées sont donc également multiples : assuétudes, problèmes de santé mentale, ruptures, surendettement, réinsertion après un séjour en prison, etc.

Les usagers de la Maison d'accueil peuvent également prendre une part active dans les activités de la Recyclerie de L'Ilot installée sur le même site.

Avec désormais deux Maisons d'accueil autour de Charleroi, à Jumet et à Marchienne-au-Pont, L'Ilot  devient l'un des principaux acteurs de la lutte contre le sans-abrisme dans la région.


Contacter la Maison d'accueil pour hommes sans chez soi de L'Ilot à Marchienne-au-Pont :

071/49.71.20

Rue de Beaumont 344 à 6030 Marchienne-au-Pont

La Recyclerie de L’Ilot à Marchienne-au-Pont : un projet d’économie sociale et circulaire 1024 766 L'Ilot

La Recyclerie de L’Ilot à Marchienne-au-Pont : un projet d’économie sociale et circulaire

L'Ilot a dernièrement accepté la proposition d'Emmaüs de reprendre la gestion de ses installations à Marchienne-au-Pont, dont une Recyclerie. Présentation du projet.

La Recyclerie constitue un véritable projet d’économie sociale et circulaire en favorisant la récupération, la réparation et la revente d’objets divers.

Grâce aux donatrices et donateurs, la Recyclerie réhabilite toutes sortes d'objets, comme la vaisselle, qu'elle revend à petit prix. C'est un véritable projet d'économie sociale et solidaire dans lequel les usagers de la Maison d'accueil pour hommes sans chez-soi attenante peuvent pleinement s'impliquer.

Une étroite collaboration a également été mise en place entre la Recyclerie de Marchienne-au-Pont et le Service d'Installation en logement (SIL) de L'Ilot.

Découvrez les vues aériennes de la Recyclerie!
Vous souhaitez faire un don matériel à la Recyclerie ?
Meubles, électroménager, éléments décoratifs, livres et vêtements sont les bienvenus à condition qu’ils soient en bon état. Vous soutiendrez ainsi un projet social unique.
Vous pouvez également venir acheter ces objets les mardis et jeudis de 14 à 16h. Les recettes de la vente soutiennent la mission sociale de L’Ilot en finançant directement la Maison d’accueil pour hommes.
Pour contacter la Recyclerie :
• 344 rue de Beaumont, 6030 Marchienne-au-Pont
• recyclerie@ilot.be
• 071/51.70.63
• La page Facebook de la Recyclerie
Crisis : une approche globale centrée sur la personne pour mettre fin au sans-abrisme. 1024 576 L'Ilot

Crisis : une approche globale centrée sur la personne pour mettre fin au sans-abrisme.

D'après l'article d'Eva Salman | Bruss'help 

Le projet Right First, coordonné par Bruss’help et porté par DIOGENESHoboL’Ilot et le New Samusocial, reconsidère les processus actuels d'accompagnement des personnes vulnérables et les politiques visant à faciliter leur accès aux droits sociaux. Les différents partenaires ont dernièrement rencontré Crisis, une association du Royaume-Uni dont le projet Skylight est une réelle source d'inspiration pour Right First. Explications.

Face à la crise croissante du sans-abrisme au Royaume-Uni dans les années soixante, l’organisation caritative Crisis est créée en 1967 pour apporter des solutions nouvelles. Depuis, elle a acquis une renommée nationale et a aidé des dizaines de milliers de personnes à sortir du sans-abrisme.

Elle développe au début des années 2000 le projet Skylight et ouvre les portes de son premier centre d'éducation et de formation à Londres. Ce modèle innovant propose des activités et un soutien aux personnes sans-abri ou mal logées qui ne peuvent souvent pas rester dans les foyers pour sans-abri pendant la journée.

Le modèle Skylight a aujourd’hui été étendu dans 11 centres à travers l'Angleterre, l'Écosse et le Pays de Galles. Ces centres soutiennent chaque année environ 10 000 sans-abri et personnes vulnérables pour trouver un logement sûr, acquérir de nouvelles compétences mais aussi des conseils en matière de bien-être et de sécurité.

Un modèle holistique unique par son processus d’accompagnement

L’évolution exponentielle du modèle Skylight n’est pas due au hasard : ce projet construit sur la méthodologie du « Case management » propose un service d’accompagnement unique faisant collaborer l’ensemble des acteurs impliqués.

C’est en s’appuyant sur une étude du SCIE (Social Care Institute for Excellence, Rapid Evidence Assessment) que Crisis développe sa formule Skylight. Cette étude préconise une approche centrée sur la personne, ses forces et ses besoins, et suggère d’appliquer un Case Management intensif.
Le Case Management appliqué par Crisis consiste donc en une gestion et une centralisation du parcours du bénéficiaire : toutes les actions entreprises par l’organisation et ses partenaires sont documentées.

Les avantages de ce processus de documentation sont multiples. Premièrement, il contribue à protéger les vulnérabilités car il assure la cohérence et la continuité de l’aide à la personne. Il permet aussi de suivre les progrès des bénéficiaires. En outre, cette méthode a de nombreux avantages en termes de gestion interne. Elle permet une coordination efficace, mais aussi une visibilité de la cohérence du travail effectué ou une remise en question plus ciblée au besoin.

Afin de conduire le processus d’accompagnement de manière optimale, un coach doit être désigné pour agir comme point de contact principal. Il joue alors un rôle primordial dans l’élaboration du plan d’action, la coordination du processus et l’évaluation des progrès effectués. Ce coach principal dispose à tout moment d’une visibilité sur le parcours des personnes qu’il suit, grâce à la documentation et à la centralisation des données entre les différents intervenants, et quel que soit leur secteur d’action. C’est en ce sens qu’un outil de travail et d’évaluation digital unique a été élaboré.

La conception d’une solution taillée sur mesure

MAPS (Member Achievement Progression System) est une plateforme créée spécialement pour supporter le travail des accompagnateurs. Elle apporte une structure au travail des intervenants en signalant les tâches essentielles et les évaluations à mener, et une vision d’ensemble du dossier en mettant en avant les progrès accomplis et les difficultés rencontrées. Il est également un outil essentiel pour communiquer entre les intervenants et coordonner leur travail.

Lorsqu’un nouveau bénéficiaire se présente à un centre Skylight, il remplit un formulaire de contact initial sur la plateforme afin de lancer son plan de sécurité et d’inclusion. Le plan est créé sur mesure en fonction de la situation et des besoins de la personne. Après ce premier contact, un coach principal est rapidement assigné pour accompagner le bénéficiaire. Chaque étape et prise de contact sera alors documentée par l’ensemble des intervenants de manière à suivre son évolution et à retracer avec exactitude le parcours suivi.
Des évaluations régulières sont organisées de manière à faire un point sur la progression et à adapter le plan d’action au besoin.

Enfin, l’outil MAPS a été conçu avec une interface conviviale et intuitive pour être accessible à tous et encourager le bénéficiaire et les travailleurs à l’utiliser de manière assidue.

Une source d’inspiration pour le projet Rights First

Crisis est partenaire du projet Rights First et a déjà délivré plusieurs modules de formation à notre équipe bruxelloise. Son projet est une source d’inspiration et de réflexion dans l’élaboration de notre outil de monitoring, actuellement en plein développement.

Le projet Rights First adopte également une approche holistique dans l’accompagnement d’un échantillon de 375 personnes. Pour mesurer son efficacité, l’un des enjeux consiste à créer un système de monitoring et d’évaluation à la fois adapté à l’ensemble des acteurs et propice à une observation complète des progrès réalisés.

Nous remercions donc chaleureusement Crisis pour son enseignement riche en apprentissages et qui nous donne une inspiration certaine pour étoffer un outil clé du projet Rights First.

Illustratie : Prisca Jourdain
Une guidance à domicile dans la prévention du sans-abrisme 1024 712 L'Ilot

Une guidance à domicile dans la prévention du sans-abrisme

L’explosion des coûts énergétiques et l’inflation généralisée ont poussé un grand nombre de personnes vers la précarité. Trouver un nouveau logement pour les personnes sans abri est une première étape ; encore faut-il qu’elles parviennent à le conserver.

C’est pourquoi le développement d’une offre de logements dignes, accessibles et durables est indissociable d’une guidance à domicile régulière et coordonnée. Cette mission est celle de nos deux Services d’Accompagnement À Domicile (S.Ac.A.Do.), l’un actif à Bruxelles, l’autre dans la région de Charleroi. En s’adaptant au rythme de la personne ou de la famille relogée, ils jouent un rôle primordial dans sa nouvelle vie et agissent sur de multiples facettes pour qu’elle puisse s’approprier son logement et s’y stabiliser.

Quelques actions concrètes menées par les services S.Ac.A.Do. : recevoir un soutien administratif pour gérer la paperasse, bénéficier d’une guidance budgétaire pour prioriser le paiement des factures et des dettes, entendre les conseils de professionnel·les pour mieux comprendre et obtenir les aides sociales auxquelles on a droit, être accompagné·e lors d’une inscription en maison médicale ou lors de la recherche d’un logement plus digne ou plus adapté à ses moyens, apprendre à recréer du lien social ou encore à s’intégrer dans le quartier… Parfois, tout simplement, se sentir écouté·e et bénéficier d’un soutien psycho-social pour ne pas craquer…

Un réseau soutenant tissé autour de la personne est une condition importante avant de mettre fin à son accompagnement. Quand celle-ci va mieux sur le plan financier, médical, administratif, du logement, etc., se pose la question de la solitude et de la peur de se retrouver seul·e entre quatre murs. Cette solitude risque fortement de créer de nouvelles problématiques (alcoolisme, repli sur soi, tentation de retour en rue pour retrouver son ancien réseau de survie, etc.).

En 2021, une de nos équipes S.Ac.A.Do. a ainsi accompagné Marie qui payait un loyer de 900 euros avec un revenu du CPAS au taux isolé avoisinant le même montant, l’empêchant fort logiquement de vivre décemment. Suite à un accident de travail, Marie avait vu ses capacités cognitives diminuées. Nous l’avons donc soutenue dans ses démarches auprès du Service Public Fédéral Sécurité Sociale afin d’obtenir une reconnaissance comme personne handicapée. Elle a finalement eu droit à un revenu complémentaire lui permettant ainsi de pouvoir vivre plus décemment.

En 2020, la crise sanitaire nous avait contraints à adapter notre manière de travailler et à cesser les visites à domicile. Le manque de contacts avait fortement impacté les personnes accompagnées : elles avaient énormément souffert de solitude, ayant par ailleurs peu de contacts sociaux et un réseau familial quasi inexistant.

Durant cette année, nous avons plus que jamais compris l’importance de notre travail et d’un de nos lieux essentiels d’action : le domicile des personnes. C’est pourquoi, en 2021, nous avons fait de la reprise des visites à domicile une priorité. Bien entendu, celles-ci ont été réalisées dans le plus grand respect des mesures sanitaires. Nous avons également repris l’organisation d’activités collectives, qu’elles soient culturelles, sociales ou récréatives. Pique-nique, cinéma-débat, bowling ou encore visite du marché de Noël ont ainsi été mis en place pour briser le cycle de la solitude initié par la pandémie.

 

>> Retrouvez notre rapport d'activité dans son intégralité.